You are here

Faire un don contre l’initiative «de mise en œuvre» !

L’initiative de mise en œuvre s’attaque contre la Suisse: contre les valeurs fondamentales de notre démocratie, contre les piliers de notre État de droit, contre la Convention européenne des droits de l’homme. Soutenons la campagne avec un don:

Les partis et les faîtières n’ont pas encore saisi la gravité de la situation et rechignent à mettre le budget pour la campagne en faveur du NON. Chaque montant, aussi petit soit-il, vaut de l’or. Nous ne pourrons remporter la victoire que si nous parvenons à rassembler les fonds nécessaires.

53'475.00 CHF ont déjà été récoltés en ligne.
Fais un don afin que nous puissions récolter 60'000.00 CHF.

Un don aura ces effets:

avec CHF 50

nous atteignons en ligne 5’000
votant(e)s potentiel(le)s.

avec CHF 100

nous produisons plus
de 300 affiches.

avec CHF 500

nous organisons un happening
dans les rues d’une grande ville


Bien que le Parlement ait déjà élaboré dans les temps une loi d’application de l’initiative sur le renvoi conformément à notre Etat de droit, l’”initiative de mise en oeuvre” prétend se borner à mettre en oeuvre la volonté populaire. Mais elle est en vérité bien plus extrême: elle piétine l’Etat de droit et la séparation des pouvoirs et attaque par là-même les valeurs fondamentales de notre démocratie de ainsi que notre prospérité.

Ce qui est en jeu:

Notre Etat de droit: L’initiative de mise en oeuvre remet en question les éléments les plus fondamentaux de notre Etat de droit: l’évaluation au cas par cas, la séparation des pouvoirs, la proportionnalité, le pouvoir d’appréciation du juge et les droits fondamentaux de chaque individu. Elle fait de notre Etat de droit le royaume de l’arbitraire.

Notre démocratie: L’initiative de mise en oeuvre méprise nos juges en les faisant passer pour des simples fonctionnaires et exclut même complètement le Tribunal fédéral dans certains cas. L’initiative se proclame à la fois législatrice et juge, et piétine par la même occasion la séparation des pouvoirs qui prévaut dans notre démocratie – elle est un affront fait au Parlement et à la justice.

Nos droits et nos libertés: L’initiative de mise en oeuvre contraindrait la Suisse à violer systématiquement la Convention Européenne des Droits de l’Homme, lui faisant courir le risque de devoir sortir de la Convention et d’être exclue du Conseil de l’Europe. Toute personne en Suisse perdrait ainsi cette protection supplémentaire, durable et indispensable de ses libertés et ses droits fondamentaux.

Notre prospérité: L’initiative de mise en oeuvre viole explicitement et volontairement les traités internationaux qui garantissent notre sécurité et notre prospérité. En violant la Convention Européenne des Droits de l’Homme et l’accord sur la libre circulation des personnes, la Suisse joue au poker avec sa prospérité: elle s’isole et s’élance dans une ère d’incertitudes juridiques et économiques.

Notre vivre-ensemble: L’initiative de mise en oeuvre plonge les étrangères et les étrangers – qui sont également les amis, les proches et les parents de Suissesses et de Suisses – dans la peur permanente de pouvoir perdre à tout moment leur existence en Suisse d’une manière totalement arbitraire et absurde. Une telle situation empêcherait à long terme un sentiment d’appartenance à notre communauté et mettrait en péril le vivre-ensemble au sein de notre société.

DSI Spenden

Faire un don

DSI NGO-Komitee

Informations personnelles:
4 + 0 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.